Approches croisées


Descriptif :

Deux cours de 18 heures chacun sont à choisir au cours du semestre 5 en L3 parmi la liste suivante :

Approches croisées : Communication et cinéma

Le cours proposé répond à un double objectif : tout d’abord envisager la mise en scène comme un mode de relation au spectateur. En reprenant, à partir d’une cinquantaine d’extraits de films, les bases de l’analyse filmique (dispositif spectatoriel, cadre, point de vue, montage), on montrera comment l’image cinématographique communique avec le spectateur. Par ailleurs, une ou deux rencontres professionnelles permettront d’éclairer les étudiant·es sur les métiers de la communication dans le secteur cinématographique.

Approches croisées : Histoire de l’image et culture visuelle

Le cours proposé offre une réflexion sur les fondamentaux de l’image et sur sa fonction d’outil communicationnel dans notre civilisation. Pour ce faire, un large parcours historique permet d’éclairer l’évolution des usages de l’image au fil des siècles et de montrer comment se constitue une culture visuelle autour du rôle social de l’image, dans l’espace public comme sur les écrans.

Approches croisées : Jeunes et communication

Croiser les approches sociologiques sur la jeunesse et sur les médias pour analyser les enjeux des relations entre les jeunes et les médias, ce que les médias offrent aux jeunes, ce que les médias disent des jeunes, ce que les jeunes font des médias… Les jeunes sont devenus depuis les années 1920, et plus encore les années 1960 une cible privilégiée des industries médiatiques (cinéma, publicité, radio). A partir de la fin des années 1990, des chaînes de télévision s’adressent aux jeunes de plus en plus jeunes. Des contenus de plus en plus spécifiques leur sont proposés qui cherchent à leur proposer des répertoires d’identité tout en les séparant des autres générations. Aujourd’hui ils utilisent massivement internet et les plateformes de téléchargement, les réseaux sociaux numériques scrutent leurs usages pour leur proposer des formes de communication visuelles, éphémères, instantanées. Le cours proposera de comprendre la complexité et la diversité de la jeunesse, le fonctionnement des stratégies des industries médiatiques en direction des jeunes, les enjeux de la socialisation des jeunes par les médias. Les étudiants seront amenés à construire des analyses de sites ou d’émissions destinées aux jeunes et à participer au festival des films d’éducation à Evreux, qui propose des représentations alternatives de la jeunesse.

Approches croisées : Communication et (im)mobilités contemporaines

Des événements de l’année 2020 (le confinement mondial à cause de la pandémie du Covid 19, la mise en route par l’artiste Banksy d’un bateau destiné à sauver des migrant-e-s en Méditerranée) nous montrent que la mobilité et l’immobilité (Morley, 2000) font partie des expériences actuelles. À partir de ce constat, le cours « Communication et (im)mobilités contemporaines » a comme objectif d’explorer les relations entre des représentations médiatiques, des usages des technologies de l’information et de la communication (TICs) et des formes diverses et variées de (im)mobilités humaines.

 Approches croisées : Communication et politique de diversité

Ce cours explore les enjeux relatifs à l’émergence, depuis les années 2000, d’une politique de promotion de la diversité dans le secteur des médias. Il propose de considérer ces enjeux dans une double perspective comparative : d’une part au regard de la politique d’égalité femmes-hommes déployée dans le secteur médiatique, d’autre part au prisme des dispositifs de lutte contre les discriminations mis en œuvre dans d’autres secteurs (dans le domaine du cinéma, du théâtre subventionné ou encore dans le monde de l’entreprise). Cet enseignement vise à familiariser les étudiant·es avec les recherches critiques sur les discriminations, et à en souligner les apports pour les sciences de l’information et de la communication.

Approches croisées : Communication et innovation

Dans la période récente, l’innovation et la communication ont été étudiées en combinant plusieurs disciplines des sciences sociales. L’apparition, l’utilisation et la signification d’un nouveau média ont ainsi été mieux comprises en croisant, par exemple, les approches de la sociologie et de l’histoire. Ce cours vise à tirer les enseignements de ces travaux interdisciplinaires. Son principal objectif est de montrer qu’un média ne trouve pas immédiatement sa forme définitive, et que celle-ci représente généralement le point d’aboutissement d’une longue évolution historique impliquant de nombreux acteurs sociaux. Le plus souvent, l’objet final résulte d’un choix ou d’un compromis entre plusieurs dispositifs techniques, entre différents formats ou genres culturels. Les études de cas présentées montreront les limites de plusieurs points de vue communs sur ces questions, notamment les différentes formes de déterminisme technico-économique, le modèle diffusionniste et la théorie des « effets ». Elles donneront à voir des processus à chaque fois différents, articulant de façon peu prévisible des outillages matériels, des constructions symboliques et des comportements collectifs.

Approches croisées : Communication et images numériques

Depuis l’origine de la photographie, les images de reproduction ont été utilisées dans les communications sociales, pour montrer le visage d’un être cher ou de soi-même à un proche lointain, pour donner à voir un lieu familier ou étranger etc. En 1965, Pierre Bourdieu et Luc Boltanski coordonnaient l’ouvrage Un Art moyen : Essai sur les usages sociaux de la photographie, ouvrage pionnier sur les « usages sociaux » des images. À l’heure des réseaux et des téléphones connectés, les images numériques ont-elles transformé nos manières de communiquer ? Que faisons nous des images que nos ancêtres ne faisaient pas ? Le cours s’attachera à fournir les bases théoriques nécessaires pour penser les usages sociaux des images et ce qu’elles révèlent des rapports sociaux contemporains. 


Nombre d’ECTS : 2 x 3
Volume horaire : 2 x 18h