Parcours Communication des entreprises et des institutions

Le parcours Communication des entreprises et des institutions se propose de former des étudiants aux différentes missions qui recoupent la communication d’entreprise (susceptibles d’évoluer soit dans des directions de la communication et des ressource humaines au sein de grandes entreprises, soit dans de petites structures de conseil spécialisées dans la communication), et des spécialistes de la communication appliquée au secteur des collectivités territoriales et des associations subventionnées par les pouvoirs publics. Ils interviendront notamment dans le domaine de la médiation (sociale, culturelle, sportive, etc.), soit en s’insérant directement dans des collectivités territoriales, soit en intégrant des agences de communication. En proposant une conception de la communication des organisations qui dépasse la seule communication d’entreprise, l’objectif est d’amener les étudiants à découvrir l’ensemble des savoirs et des savoir-faire nécessaires aux fonctions de la communication des organisations, dans des champs d’insertion professionnelle variés : formation, études, audits, conseil, secteur des entreprises, associatif, institutionnel (collectivités locales et territoriales, secteur public…)

Brochure (PDF)

Licence « Information et communication »

Deux périodes d’insertion professionnelle sont prévues dans le diplôme : l’une de 2 mois (minimum), l’autre de 3 mois (minimum). La première est réalisée par l’étudiant au cours des deux premières années de sa licence (de préférence pendant les vacances scolaires), la seconde pendant le sixième semestre, banalisé, c’est à dire qu’aucun cours n’a lieu au semestre 6 pour les étudiants de troisième année (hors admissions parallèles en L3 direct).

Les modalités d’évaluation ne sont pas les mêmes : le premier stage donne lieu à un rapport de stage simple, le second à un mémoire problématisé et une soutenance devant jury (voir ici la méthodologie du mémoire en pdf).

Nous ne délivrons aucune convention pour des stages « libres » (en vertu du Décret nº 2006-1093 du 29 août 2006 pris pour l’application de l’article 9 de la loi nº 2006-396 du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances.

Les périodes d’insertion professionnelle peuvent se faire sous contrat de travail, sous contrat de professionnalisation, ou sous convention de stage. 

Pour plus d’informations concernant les périodes d’insertion professionnelle en licence, consulter la page FAQ.

Conditions d’accès

Peuvent être admis en licence les étudiants qui remplissent l’une des conditions suivantes :

- titulaire du baccalauréat ;

- titulaire d’un titre admis en dispense du baccalauréat (DAEU, capacité en droit, bts...) ;

- études, expériences professionnelles ou acquis personnels suffisants (décret 2013-756 du 19 août 2013) (absence du diplôme requis compensée par expérience ; soumis à validation) ;

- études supérieures accomplies, notamment à l’étranger (soumis à validation) ;

Modalités d’admission

Les modalités d’admission varient en fonction de la situation de chaque candidat (nationalité, pays de résidence, âge, type de diplôme, diplôme français ou étranger, candidat déjà ou jamais inscrit dans l’enseignement supérieur français…). Pour connaître la procédure qui correspond à votre profil, connectez-vous au site internet de Paris 8.

La demande d’admission en première année se fait via Parcoursup.

Attendus Parcoursup

Aux attendus nationaux s’ajoutent des attendus spécifiques :

  • Un excellent niveau à l’écrit : maîtrise de la syntaxe et de l’orthographe, de l’argumentation, de la synthèse et de la dissertation, ainsi qu’un goût pour la lecture et la rédaction.
  • Un intérêt pour les sciences humaines et sociales, les grands enjeux du monde contemporain, ainsi qu’une lecture régulière de l’actualité sur tous les supports (papier, électronique, mobile…).
  • Est opérée une analyse des notes de français de première, du bac français et de toutes les matières relatives aux lettres et sciences humaines : Philosophie, Histoire-géographie, langues vivantes, sciences économiques et sociales.
  • Une attention particulière à la qualité de la lettre de motivation (« projet de formation motivé ») est également portée. Une éventuelle expérience dans le domaine de la communication est un plus : participation au journal lycéen, tenue d’un blog, stage découverte dans le milieu des médias et de la communication, etc.
  • Un parcours original sera apprécié également et notamment des éléments tangibles concernant un engagement dans la vie sportive et/ou culturelle.
  • Spécialités de baccalauréat préconisées (mais non exclusives)
    • Arts
    • Numérique et sciences informatiques
    • Histoire-géographie, géopolitique et sciences politiques
    • Humanités, littérature et philosophie
    • Langues, littératures et cultures étrangères
    • Sciences économiques et sociales
    • Littérature, langues et cultures de l’Antiquité..

Débouchés professionnels

Spécialistes de la communication sociale, susceptibles d’intervenir auprès d’organisations privées et publiques, cadres d’entreprises, d’agence, de collectivités territoriales et locales et du secteur associatif, culturel, qui aient une capacité d’analyse, de conceptualisation en situation et de mise en œuvre dans des logiques et des contextes divers : locaux, nationaux, européens ou mondiaux, professionnels généralistes de l’information capables d’assumer la responsabilité d’un service d’information dans tout type d’organisation : entreprise, collectivité locale, organisme public, association.

Poursuite d’étude

Dès la 2e année, les étudiants peuvent se tourner vers la licence professionnelle interne Techniques journalistiques pour les nouveaux médias.

Après la 3e année, plus de 300 masters en communication attendent les étudiantes et étudiants. Au sein de l’UFR, 3 masters distincts pourront les accueillir :

1. Master mention « Industries culturelles »

2. Master mention « Culture et communication »

3. Master mention « information et communication », parcours communication nuérique et conduite de projets