Et après ?


Débouchés

Nos étudiants trouvent des emplois dans les industries créatives et les institutions culturelles : radio, télévision, cinéma, éditeurs de contenus web, labels, théâtres, musées, associations éducatives... Nous formons des spécialistes de la production mais aussi de l’innovation, de la médiation, de l’événement, de la distribution, du management de la créativité et de la transition numérique. Le master prépare aussi aux métiers de la recherche, se poursuivant alors par un doctorat en sciences de l’information et de la communication.

Recherche

Le master « Industries culturelles » (IC) et ses différents parcours en seconde année s’appuient sur les axes de recherche des enseignants-chercheurs du Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation (CEMTI – UR 3388), laboratoire de l’UFR « Culture et communication ».

Les SIC (Sciences de l’information et de la communication, 71e section du CNU) ont, dès l’origine de la discipline, adopté un positionnement faisant converger les apports des sciences sociales, littéraires, du langage, de l’éducation, politiques et économiques permettant d’induire des questionnements transversaux. Le CÉMTI réunit ses chercheurs autour de la volonté d’articuler l’étude communicationnelle des médias à la prise en compte des lignes de force sociales, économiques, culturelles, en tenant compte de la spécificité des espaces, des dispositifs, des acteurs médiatiques et des politiques publiques qui les concernent. Les activités scientifiques du CÉMTI s’appuient sur un commun dénominateur épistémologique, dont les trois principales caractéristiques sont les suivantes :

· une inscription dans les sciences sociales ;

· un principe d’interdisciplinarité ;

· une perspective critique.

Le projet scientifique du CÉMTI se décline en quatre axes :

· Approches communicationnelles de l’image et du regard

· Art, politique et expériences spectatorielles

· Médias, médiatisations et logiques d’appropriation

· Logiques de production des plateformes et usages résistants

Les étudiants du master Industries culturelles bénéficient par ailleurs des ressources (infrastructures, bibliothèques, séminaires, appels d’offres, etc.) de l’écosystème de recherche au sein duquel s’inscrit le CEMTI : l’école doctorale sciences sociales, le Labex Arts H2H, la Communauté universitaire Paris Lumières, la Cité des Humanités et des Sciences sociales-campus Condorcet, la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord, et notamment l’Observatoire international des industries de la culture et de la communication en son sein, lequel a pour objet de fédérer les recherches existantes en France sur le thème des industries culturelles et créatives.