Villes connectées : Mon monde fait de données


 Villes connectées : Mon monde fait de données

Total nombre de mot (hors grand titre) : 1032 mots – 941 sans le chapeau

Temps de lecture estimé : 5 minutes 30

Ma vie connectée, infographié par Mathilde Vallette (éléments graphiques sous licence d’utlisation produits par arq studio et Faber14)

TLDR : À travers le monde, de plus en plus de villes envisagent de construire des quartiers connectés. À long terme, ceux-ci pourraient se développer pour devenir des villes entièrement connectées. Le projet, récemment abandonné, de la ville de Toronto montre les opportunités mais aussi les risques que pose l’exploitation des données à l’échelle citadine. Leur gestion était effectivement sous-traitée à Sidewalk Labs, une entreprise sœur de Google. Si les villes connectées permettent de favoriser un quotidien plus simple et une gestion fluide de la voie publique, il s’agit de laisser de flouter la limite entre service public et service privé, et de confier à de grandes corporations nos données les plus sensibles. Ces données sont en effet exploitées pour influencer nos comportements sociaux et de consommation, comme avec les Dash Buttons d’Amazon ou les scores citoyens mis en avant par Sidewalk Labs. Il est donc essentiel d’être vigilant quant au respect du RGPD dans ces projets, et de garder un œil attentif sur notre pouvoir décisionnel dans nos choix de consommation.

Une nouvelle décennie a commencé et, Covid-19 mis à part, elle est marquée par la multiplication des projets de quartier connectés. Si la ville d’Issy-les-Moulineaux se lance après avoir obtenu l’accord de la CNIL, les projets outre Atlantique comme celui envisagé par Toronto et confié à Sidewalk Labs ne sont pas soumis au RGPD. À long-terme, ces projets pourraient s’étendre aux villes entières, et s’agencer avec nos objets connectés. Pour mieux comprendre l’enjeux de tels projets, je vous invite à vous projeter avec moi dans le quotidien que m’offrirait cette ville.

L’efficacité au petit-déjeuner

Il est 7h30, mon réveil sonne. La douce voix d’Alexa m’annonce que nous sommes vendredi et qu’il est l’heure de se lever. Dans la cuisine, mon café est prêt et chaud. Je le déguste tranquillement pendant qu’Alexa me rappelle ma liste des choses à faire pour la journée. Avant de quitter la pièce, je nettoie la cafetière et la prépare pour demain. Mince, je n’ai presque plus de café. Pas de panique : j’appuie sur le Dash Button à côté de ma cafetière, Amazon a relancé ma commande, j’aurai mon café demain au plus tard.

Il est temps de passer à la suite. Mon miroir connecté L’Oréal m’aide à me préparer parfaitement et rapidement. Je demande la météo à Alexa, et m’habille en fonction tandis qu’elle paramètre mes radiateurs pour économiser l’électricité tout en m’assurant une température idéale à mon retour. En un tour de main, je suis prête à partir.

Ligne 13 en toute aise

Assise tranquillement dans le métro, je profite d’un trajet agréable sur la ligne 13 autrefois si redoutée. Grâce au suivi en direct des performances, elle est maintenant presque irréprochable. Je mets mes écouteurs et parcours la liste d’articles et de podcasts que Google a confectionné selon mes intérêts pour rester au point sur l’actualité. Comme par magie, tout parcourir me prendra pile le temps de mon trajet, que Google connaît bien.

Deux stations avant mon arrêt, un adolescent descend et oublie son sac dans le wagon. À la fermeture des portes, je le vois courir derrière le train en marche, en vain. La caméra de vidéosurveillance automatisée le repère. La compagnie de surveillance est probablement déjà en chemin pour interroger le jeune homme sur ce « comportement suspect ». Voilà qui va lui coûter un sac… et des points.

Travailler rime avec « données »

Me voilà au bureau. Je dis bonjour à tous mes collègues et prends le temps de demander à la réceptionniste comment l’appendicectomie de son fils s’est passée. Dans mon open-space, je vérifie à deux fois que mes affaires ne dépassent pas de mon bureau. J’ai récemment fait une demande de prêt pour un achat immobilier, alors je veux m’assurer que mon score citoyen joue en ma faveur.

Je suis CX (Customer Experience) Designer dans une agence de marketing digital. Mon travail est devenu une routine bien huilée.

  • Étudier des synthèses fournies par les Data Analysts, toujours plus précises
  • Créer des cartes mentales et des parcours utilisateurs par cible
  • Établir des stratégies marketing expérientielles qui ciblent directement l’individu

Ce trimestre, je travaille pour le produit Miel Pops. Mon défi est de proposer à Kellogg’s une stratégie qui permette de capturer les clients de Nestlé qui possèdent des Dash Buttons[1] pour leurs commandes Cheerios. Ce n’est pas facile, mais je sais que je suis à la hauteur, j’ai fait mes études à Paris 8.

Je ne peux pas m’empêcher de vérifier l’état d’avancement de ma demande de prêt. Rien de nouveau. Pour me changer les idées, je prends une pause boisson. Thé ou café ? N’ayant pas une santé de fer, je prends mon pouls avec ma montre connectée et choisirai en fonction. C’est seulement maintenant que je réalise que ces mesures médicales sont aussi à disposition des instances auprès desquelles j’ai demandé un prêt. Mes problèmes de santé pourraient-ils influer sur la décision de me confier un prêt sur 25 ans ? De suite, je me fais une note pour penser à désactiver la fonction d’assistance médicale d’Alexa.

Détente et redescente

La journée se finit, je rentre chez moi. La température de mon appartement est exactement à 18°C, ma température idéale. Un vrai bonheur au cœur de cet hiver glacial. Il est 20h, l’heure de préparer le dîner. Selon les ingrédients que j’ai en stock, mon frigo connecté me propose des recettes issues de la base de données de Marmiton, filiale d’Au Féminin, filiale du groupe TF1, filiale du groupe Bouygues. J’en choisis une et me mets aux fourneaux. Alexa me propose de mettre à jour ma liste de courses selon ma consommation de la semaine et mes habitudes, et me suggère de nouveaux produits. Tout m’a l’air bon, je valide la commande.

Je mange devant Netflix et programme mon week-end. Peut-être un tour entre amis au marché des producteurs, pour changer ? Par habitude, j’ai relancé la série Friends et le contraste entre la vie des protagonistes et la mienne me fait sourire : tout était si compliqué il y a encore si peu de temps. Et pourtant, je m’interroge : à quel prix nous sont venues toutes ces avancées ?

Selon le score citoyen de l’adolescent qui avait oublié son sac, cette erreur d’inattention pourrait lui coûter sa place dans l’université de son choix. Mon pouvoir d’achat immobilier dépend maintenant de comment les GAFAM analysent mes comportements, ma réputation et ma situation médicale. Les petits commerçants se font de moins en moins présents, et je ne sais plus à quand remonte la dernière fois où j’ai moi-même pris le temps de choisir un nouvel adoucissant.

En tant que CX designer, je sais que ce n’est qu’un début. Je sais que la fluidité de mon quotidien implique que je laisse des entreprises concevoir pour moi des parcours sur mesures, me simplifiant la vie en me retirant le besoin mais aussi le pouvoir de prendre mes propres décisions. Je le sais parce que je fais partie de ce mécanisme, c’est mon métier et mon rôle. Pour fuir mes doutes sur les droits que j’ai perdus et les responsabilités que j’ai confiées au secteur privé, je demande à Alexa de lancer une playlist d’ASMR et je m’endors, tout en douceur.

[1] Le Dash Button d’Amazon (ou virtual dash button) est un système de renouvellement automatique d’achat (semblable à un abonnement) ciblé initialement sur les produits ménagers ou alimentaires nécessitant un rachat régulier.

Par Agathe Chataigner – le 23/03/2021