Master « Industries culturelles et créatives » (M1 – mention “Industries culturelles”)

Objectifs

Le Master « Industries culturelles » se distingue nettement des formations existantes sur les industries culturelles, le management culturel, les politiques culturelles, le journalisme ou sur les arts dans la mesure où il met en perspective des types de médias ou de supports différents, anciens et nouveaux, avec un accent particulier sur les médias numériques.

Les étudiants doivent maîtriser des compétences diversifiées car la création se conçoit de plus en plus en lien avec les modalités et les exigences de la valorisation, notamment sous l’impulsion des supports numériques. De fait, ces compétences dans la conception des contenus sont articulées à des compétences d’ordre économique, financier ou marketing, ainsi qu’à une maîtrise des enjeux sociaux de la technique et de l’espace public dans lesquels ces contenus s’inscrivent.

L’accent est mis également sur les compétences transversales permettant de créer, produire, promouvoir et de valoriser des « contenus », tant médiatiques, culturels qu’artistiques. En plus des cours, des ateliers de prise en main de WordPress, d’initiation à la veille documentaire et à la construction de projet professionnel sont organisés en première année avec des professionnels.
Le Master propose trois parcours en 2e année (M2) : « Plateformes numériques, création et innovation » ; « Communication pour l’audiovisuel » ; « Industrie de la musique : production, organisation, communication ».

Critères d’admission

L’accès en master est possible :

  • pour les titulaires d’une licence en Information-communication (accès en master 1)
  • pour les titulaires du master 1 Industries culturelles et créatives, d’un master 1 en Communication ou d’un master 1 en Sciences humaines et sociales dont le contenu peut préparer aux enseignements dispensés au sein des spécialisations (accès en master 2)
  • par validation des études, expériences professionnelles ou acquis personnels (décret 2013-756 du 19 août 2013) : accès sans avoir le diplôme requis, compte tenu des études, des acquis personnels et des expériences professionnelles.
  • par validation des études supérieures accomplies, notamment à l’étranger

Modalités d’admission

Candidature en ligne sur le site de l’université https://www.univ-paris8.fr/ à la rubrique « Candidatures & inscriptions » à partir du mois d’avril 2020

Vous trouverez les dates de candidature sur le site de l’UFR (http://www.ufr-culture-communication.univ-paris8.fr/). Si vous êtes ressortissant hors Espace économique européen vous devez postuler sur le site Etudes en France de votre pays de résidence à partir du mois de novembre.

Nombre de places (pour 2020-2021) : M1 : 60 - M2 : 75 (par parcours : « Industrie de la musique : production, organisation, communication : 25 ; « Communication pour l’audiovisuel » : 25 ; « Plateformes numériques, création et innovation » : 25 ;

Il sera apprécié :

  • l’adéquation du parcours antérieur (expérience professionnelle et/ou personnelle du candidat, diplômes) avec la formation
  • les éventuelles réalisations ou productions en lien avec la formation
  • les résultats obtenus en licence ou équivalent
  • les motifs justifiant du choix de ce master par le candidat.
  • Pour les ressortissants d’un pays non francophone et n’ayant jamais fait d’études en France ou dans un pays francophone, il sera apprécié en outre le niveau de français (compréhension et capacité d’expression initiales de la langue française suffisantes pour suivre les enseignements et échanger par des contributions écrites et orales).

Cette appréciation sera fondée sur l’examen du dossier comprenant :

  • les certificats de travail / attestations d’employeurs / attestations de stage (uniquement en rapport avec la formation demandée) pour les candidats qui souhaitent mettre en avant une expérience professionnelle et/ou personnelle en vue d’une admission par équivalence.
  • un CV dans lequel seront soulignées les expériences en rapport avec le diplôme choisi ainsi que les éventuelles réalisations ou productions.
  • les diplômes obtenus et les relevés de notes
  • un projet de mémoire
  • une lettre de recommandation, le cas échéant
  • une lettre de motivation
  • tout document attestant de réalisations en lien avec la formation
  • pour les candidats originaires d’un pays non francophone ou qui n’ont pas fait leurs études en langue française, l’attestation du test de français (DELF B2, TCF 4 ou TEF 4 en cours de validité).

Selon le dossier, le candidat pourra être reçu lors d’un entretien complémentaire.

Recherche

Le master « Industries culturelles » (IC) et ses différents parcours en seconde année s’appuient sur les axes de recherche des enseignants-chercheurs du Centre d’études sur les médias, les technologies et l’internationalisation (CEMTI – EA 3388), laboratoire de l’UFR « Culture et communication ».

Les enseignements dispensés au sein du parcours IC recouvrent les objets de recherche du CEMTI : les logiques de production des industries culturelles et créatives (musicales, audiovisuelles, du web), les usages et les enjeux sociaux des médias, de la culture et des technologies (pratiques, appropriations, détournements, politiques, stratégies, etc.), la constitution des audiences et des publics, les processus d’internationalisation de la culture et de la communication, les phénomènes de mobilisations informationnelles et les cultures participatives, etc. Les diverses unités d’enseignement s’adossent également aux perspectives de recherche du CEMTI, lesquelles relèvent du registre critique. Fondées sur l’interdisciplinarité, les approches génétiques et l’internationalisation, les approches développées au sein de notre équipe d’accueil se fondent sur un matérialisme culturel ouvert, s’inspirant de traditions scientifiques telles que la Théorie critique de l’École de Francfort, l’économie politique critique de la communication, le matérialisme historique, les Cultural Studies, la sociologie de la domination, etc. Les étudiants du parcours IC bénéficient par ailleurs des ressources (infrastructures, bibliothèques, séminaires, appels d’offres, etc.) de l’écosystème de recherche au sein duquel s’inscrit le CEMTI :

  • l’école doctorale sciences sociales,
  • le Labex Arts H2H,
  • la Communauté universitaire Paris Lumières,
  • la Cité des Humanités et des Sciences sociales-campus Condorcet,
  • la Maison des Sciences de l’Homme Paris-Nord,
  • et notamment l’Observatoire international des industries de la culture et de la communication en son sein, lequel a pour objet de fédérer les recherches existantes en France sur le thème des industries culturelles et créatives.

Compétences & Soft skills

Cette formation forme à la conception des stratégies de création, ainsi que de communication et de promotion adaptées aux productions des industries culturelles et créatives, dans un contexte de prise en compte du développement numérique et d’une perspective internationale.

Et après ?

L’acquisition du M1 débouche sur des postes d’encadrement dans le domaine des industries culturelles, créatives et médiatiques, plus particulièrement dans le secteur des entreprises (télécommunications, presse, médias audiovisuels, producteurs audiovisuels, acteurs du Web, industrie de la musique enregistrée, radios, etc.), des institutions culturelles (organismes de spectacle vivant, musées), des institutions publiques et parapubliques, des collectivités territoriales, des associations et ONG. Le Master prépare également aux métiers de l’enseignement et de la recherche.