Parcours « Médiations culturelles et scientifiques »

Le parcours « Médiations culturelles et scientifiques » vise à former les étudiants aux pratiques et aux enjeux d’un secteur très médiatisé, proche de l’événementiel et du culturel. Elle leur permet d’approcher dans cet entre-deux qu’est la médiation la figure du « passeur de cultures », dont la fonction est multiple, kaléidoscopique, mouvante. Les cours de cette spécialisation permettront d’explorer cet espace particulier qui est celui de la médiation culturelle, espace où naissent, se tissent et se réaffirment les liens entre des publics et des expressions artistiques, des patri¬moines, des connaissances, des moments, des “objets culturels”…, à admirer, à consommer, à s’approprier, à partager… Quels savoirs, compétences, réflexions éthiques, déontologiques, politiques… doit mobiliser le médiateur pour mener à bien ses missions ? À quelles techniques doit-il s’initier ? Quels savoir-faire doivent le guider dans les pratiques concrètes de son métier ?

Débouchés professionnels : Créateur(-trice) d’événements dans une municipalité, métiers de « l’événementiel », médiateur socioculturel, animateur(-trice) du patrimoine, médiateur scientifique, médiateur territorial, organisateur(-trice) de tournées musicales, concepteur de projets, métiers de la médiation théâtrale.

Liste des enseignements

  • Problématique du champ professionnel en "Médiations culturelle et scientifique"
  • Histoire du champ « Histoire de la médiation culturelle et scientifique »
  • Observer, comprendre et évaluer la médiation scientifique
  • Atelier « Organisation d’un événement culturel »
  • Cours thématique « Musée, exposition, patrimoine »
  • Cours méthodologique « Création et développement de l’exposition artistique »
  • Atelier « La science en culture »
  • Méthodes de promotion de l’événement
  • Atelier « Créer un objet patrimonial »
  • Projet tuteuré « Médiation culturelle et scientifique »

Détail des enseignements

Problématique du champ professionnel en « Médiation culturelle et scientifique »

Qu’est-ce la médiation ? Un champ, des dispositifs, des métiers et des hommes, des espaces, des lieux et des « temps ». Réflexion sur la rencontre entre des publics et l’art, la culture, la science... Mots-clefs : Vulgarisation, événement et événementiel, musée, espace public, marché, mécénat, sponsoring, festival, culture populaire, culture élitiste, légitimité... Auteurs : Arendt Hannah, Bataille Georges, Bourdieu Pierre, Davallon Jean, Lamizet Bernard, Rasse Paul, Caune Jean, Rancière Jacques, Foucault Michel, Hennion Antoine, Shusterman Neal...

Histoire du champ « Histoire de la médiation culturelle et scientifique »

Toujours plus présente dans notre société dite de communication, la médiation se déploie sous des formes diversifiées allant du domaine culturelle au domaine politique et médiatique. Dès lors, ce cours sera l’occasion de questionner ce terme qui se veut tantôt outil lorsqu’il vise à réguler les conflits, à créer du lien, tantôt concept lorsqu’il vise à comprendre la société et les évolutions culturelles, politiques et sociales qui s’y développe, tantôt technique lorsqu’il engage à l’usage des technologies. Après avoir défini différents type de médiation, nous aborderons plus particulièrement les enjeux lié à la médiation culturelle aux travers des objets, des acteurs, des lieux, des pratiques et des politiques culturelles. Chaque cours sera illustré par des cas concrets (danse, théâtre, musique, livre, art contemporain) et rendra compte des questions qui se posent aux acteurs (relations à des publics différenciés sur un territoire, dispositifs numériques, dispositifs relationnels renouvelés...). Deux interventions professionnelles viendront enrichir ces réflexions théoriques. L’enjeu étant in fine de montrer comment ces différentes formes de médiations participent de la construction et l’évolution de nos cultures et possiblement de notre société dite de « communication ». Références bibliographiques indicatives : — É. CAILLET : À l’approche du musée : la médiation culturelle, Presses Universitaires de Lyon, Lyon, 1995 — J.CAUNE, Pour une éthique de la médiation. Le sens des pratiques culturelles, P.U.G, Grenoble, 1999 — M.CERTEAU DE, L’invention du quotidien. 1. Arts de faire, Éd du seuil, Paris, 1980 — J. DAVALLON, L’exposition à l’œuvre - Stratégies De Communication et Médiation Symbolique, Harmattan, 2000 — M. GUILLAUME-HOFNUNG, La médiation, PUF, Que-sais-je, N°2930, Paris,1995 — J. HABERMAS, (1962), L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Payot, Paris, 1978 — A. HENNION, La passion musicale. Une sociologie de la médiation, Éd. Métailié, Paris, 1993 — B. LAMIZET, La médiation culturelle, Harmattan, Paris, 2000 — B.MIEGE, La Société conquise par la communication : Tome 3,Les Tic entre innovation technique et ancrage social, PUG, Paris, 2007 — F.SIX, Dynamique de la médiation, Desclée Brouwer, 1995

Observer, comprendre et évaluer la médiation scientifique

Qu’est ce que la science ? De l’observation et de l’expérimentation à la construction de ses lois, il s’agit d’abord de comprendre l’organisation du champ scientifique et son corollaire : la réfutabilité. Comprendre le fonctionnement de la science, c’est aussi s’interroger sur les hommes qui la font et leurs motivations à communiquer ce savoir. Comment établir une relation de confiance entre ceux qui font la science et ceux qui veulent la comprendre ? Jusqu’où faut-il accepter la légitimité des premiers pour apprivoiser leur savoir ; comment évaluer la validité d’un fait scientifique, le contextualiser, en identifier les sources pour servir les seconds ? Comment mettre en forme, mettre en scène la science, la vulgariser sans la dénaturer ? Ce cours vise à mettre perspective les enjeux de la médiation scientifique, à en découvrir les différentes formes et à en appréhender les outils et les méthodes.

Atelier « Organisation d’un événement culturel »

L’événement culturel pris comme étude de cas dans cet atelier sera le festival. L’atelier se construit selon les axes de travail suivants : Définition et conception d’un festival comme un événement culturel “type”. mise en lumière des paradoxes et tensions qui caractérisent ce type d’événements. Histoire, enjeux artistiques, politiques et économiques. Implantation territoriale. définition d’outils et d’indicateurs de production et de communication. rencontres et discussions avec des professionnels travaillant à l’organisation de festivals. Élaboration sous forme de cas pratique de son propre festival : de la note d’intention au budget prévisionnel, en passant par la charte graphique et le plan de communication. Mise en oeuvre de certains projets

Cours thématique « Musée, exposition, patrimoine »

Objectif du cours : Ce cours offre une introduction générale à la thématique des politiques culturelles. Cet axe d’intervention publique est abordé à partir d’angles complémentaires : histoire, sociologie, économie, science politique. Le cours accorde en outre une place importante à la comparaison entre les spécificités françaises et les politiques culturelles dans d’autres aires géographiques. Références bibliographiques indicatives : — P. Bouquillion, Creative Economy, creative industries, des notions à traduire. PUV (2012) — J. Farchy, D. Sagot-Duvauroux, Économie des politiques culturelles. PUF.(1994) — P. Poirrier, (dir.) Politiques et pratiques de la culture. La documentation française. (2010) — G. Saez, JP. Saez, Les nouveaux enjeux des politiques culturelles. La Découverte. (2012)

Cours méthodologique « Création et développement de l’exposition artistique »

L’objectif de l’atelier est de donner aux étudiants des repères concernant le monde des expositions : qui, quoi, où, quand, comment, combien, pourquoi – et pour qui. Il se construit selon les axes de travail suivants : Méthodes et conseils : Qu’est-ce qu’une exposition Un peu d’histoire de l’art Régimes juridiques et contrats Les métiers de la production d’une exposition Communiquer et animer Rencontres et discussions avec des professionnels travaillant à la création, la production et l’animation d’une exposition Élaboration sous forme de cas pratique de sa propre exposition : de la note d’intention au budget prévisionnel, en passant par la scénographie et le plan de communication. Références bibliographiques indicatives : — Livre collectif de C. Benaiteau, M. Benaiteau, O. Berthon, A. Lemonnier Concevoir et réaliser une exposition, les métiers, les méthodes - Édition Eyrolles, 2002 — P.Hugues Scénographie d’exposition -Édition Eyrolles, 2010 — M-O de Bary et J-M Tobelem (sous la direction de), Manuel de muséographie, Petit guide à l’usage des responsables de musée -Éditions Séguier option Culture, 1998 — M. Dournes L’Image et le droit, Éditions Eyrolles, 2011 — J. Bracquemond et J-L Dusong Typographie : la lettre, le mot, la page, Éditions Eyrolles, 2010 — P. Morel, Pratique des relations presse, Dunod, 2008

Atelier « La science en culture »

L’objet de ce cours est d’appréhender la médiation scientifique et technique, tout d’abord d’un point de vue théorique, en rendant l’espace scientifique à une population non spécialiste, pour lui permettre de devenir actrice de sa connaissance. Cette partie théorique, voire idéologique - qui part de l’espace public d’Habermas pour aborder les Moocs de Kuntz, en passant par Michelet (qui définit la vulgarisation comme l’action de mettre à la portée de tous) - est ensuite mise en pratique par la construction, par les groupes d’étudiants, d’une exposition de médiation scientifique suivant cette démarche, en s’appuyant sur les travaux psychologiques les plus récents sur l’appropriation individuelle des connaissances et des compétences.

Méthodes de promotion de l’évènement

La campagne de promotion : un savoir-faire pour un savoir-faire passer. Le marketing événementiel : l’orchestration d’un événement, dispositifs et modalités de lancement. Comment les supports contemporains, les outils de promotion sont-ils utilisés ? Pour quels effets ? À travers ce cours, le désir est de donner aux étudiants une compréhension des contextes, de partager avec eux des clefs théoriques et pratiques pour penser la communication et la médiation de sujets complexes dédiées à des publics variés dans un univers digitalisé et socialement connecté. Mots-clefs : marketing événementiel, horizon d’attente, cible, public, opinion, désir, mode et vogue, information, théâtralisation, prospective...

Atelier « Créer un objet patrimonial »

L’objectif de ce cours est de donner aux étudiants des repères concernant l’émergence de la notion de Patrimoine, du point de vu historique et juridique, ainsi qu’une présentation des ses différents enjeux et acteurs actuels, en particulier sa valorisation. Atelier pratique, les étudiants devront proposer un outil de médiation et une programmation visant à animer l’objet patrimonial de leur choix. Afin d’acquérir des réflexes professionnels, ils sont accompagnés lors de chaque étapes de cette réalisation et peuvent s’appuyer sur l’expérience de terrain des différentes personnes rencontrées lors des visites de lieux patrimoniaux prévues durant cette semaine intensive. Références bibliographiques indicatives : — F. Choay, L’allégorie du Patrimoine, Seuil, Paris, “La couleur des idées”, 2009 — F. Choay, Le patrimoine en questions : anthologie pour un combat. Paris, Seuil, la couleur des idées, 2010 — N. Heinich, La fabrique du Patrimoine, de la cathédrale à la petite cuillère, Maison des sciences de l’Homme, Paris, 2009 — D. Poulot, Patrimoine et Musées. L’institution de la culture, Hachette, Paris, 2001 — M-A Sire, La France du Patrimoine. Les choix de la mémoire, Gallimard, Paris, “Découvertes”. 2005

Projet tuteuré « Médiation culturelle et scientifique »

Pour mener à bien leur projet, les étudiants doivent mettre en pratique une posture de médiation. Ils assument un vrai rôle d’acteur professionnel et en même temps, ils auront assez de distance pour pouvoir analyser leurs pratiques. La composition en binôme les y aidera. Ils s’impliqueront dans une structure du champ de la médiation culturelle et/ou scientifique (musées, associations, théâtres, municipalités, offices culturels et artistiques, agences culturelles, fondations, maisons d’éditions, maisons de jeunes...) à laquelle ils soumettront une étude de cas pratique (ou théorique) qui doit répondre à un besoin ou ouvrir des perspectives nouvelles. Le travail se fondera sur un cahier des charges accepté par la structure. Études de cas : Analyse des représentations des publics face aux activités de médiation, organisation d’une activité culturelle et bilan attendu d’une telle manifestation, campagne originale de promotion d’un événement prévu ou proposé, projet pour fidéliser un public ou amener de nouveaux publics… Étude de marché...